• site labellisé

    Dans le cadre de la construction d’un collège et d’une résidence à Nanterre, un parc (le parc des Chenevreux) a été crée, son aménagement, devant répondre entre autres aux contraintes de limitation des eaux pluviales pour l’ensemble de la ZAC. Les objectifs de maîtrise et de dépollution des eaux pluviales ont été atteints par des techniques exclusivement paysagères. La collecte est assurée par des caniveaux et canaux jusqu’à des ouvrages de stockage. Entièrement à ciel ouvert, ils s’échelonnent le long de la pente naturelle du parc, constituant son épine dorsale. Ces ouvrages se distinguent par des fonctions et aménagements différents. Certains constituent des bassins d’agrément en eau permanente, accueillant une faune et une flore aquatique. D’autres assurent la dépollution des eaux, de ruissellement, évitant ainsi tout séparateur à hydrocarbures, grâce à un dispositif naturel de filtration que renforce une gamme de végétaux sélectionnés pour leur effet épuratoire. D’autres constituent des zones temporairement submersibles, sur quelques centimètres de hauteur, une à deux fois par an, lors d’orages exceptionnels. Ils reçoivent promenade, jeux, jardins, et sont parties intégrantes du parc. Cette approche de la gestion des eaux, outre son faible coût, a pour avantages de ne requérir qu’un entretien limité, d’être compréhensible et visible, et donc respecté par tous. Il offre une fiabilité élevée car, uniquement gravitaire, il ne nécessite aucun dispositif mécanique. En cela, cette approche s’inscrit pleinement dans une démarche de développement durable, et répond aux cibles 5, 8 et 14 de la Haute Qualité Environnementale.

    Structure du site

    • La gestion différenciée est appliquée sur le site, les opérations de désherbage et d’entretien sont répertoriées dans un plan de gestion, celles-ci sont mécaniques ou manuelles.
    • Lors de la rénovation du parc, celui-ci a été totalement désimperméabilisé, les eaux de ruissellement sont redirigées vers des bassins de phytorémédiation qui mènent vers un bassin écologique dont les pratiques de gestion vont être modifiées afin que le projet soit plus vertueux pour l’environnement.
    • Les produits phytosanitaires sont proscrits à l’échelle de la Ville de Nanterre.
    • Les barrières qui entourent le parc permettent le passage de la faune.

    Sol

    • Des analyses de sol ont été réalisées en 2019. Aucune zone de sol à risque n’a été répertoriée.
    • Les zones de sol à nu sont inexistantes sur le parc, le paillage et les plantes oucvre sol permettent aussi de limiter les opérations de désherbage.
    • Les apports organiques sont uniquement issus du site : de la taille et l’l’élagage pour le BRF et de la tonte pour le mulching.
    • Des plantes grimpantes ont colonisés un mur d’enceinte du parc, ce « mur végétalisé » n’a subi aucun apport de substrat.

    Eau

    • L’arrosage est inexistant sur le site. Un plan de récolement des réseaux et la présence de compteurs permettent de connaître les consommations d’eau.
    • Lorsqu’il est nécessaire (nouvelles plantations, stress végétal dû à une sécheresse), l’arrosage à lieu pendant les heures de moindre évapotranspiration. Le gestionnaire accepte le jaunissement de la strate herbacée.
    • Le système automatisé présent sur le site est régulièrement entretenu.
    • Un système de guidage des eaux de pluies dirige celles-ci vers des bassins de phytorémédiations eux même connectés au bassin écologique du site.

    Faune / Flore

    • La biodiversité est une donnée intégrée au site, la gestion différenciée est mise en place et des inventaires faune/flore sont effectuées régulièrement après un inventaire initial réalisé par la LPO et Biotope. La ville de Nanterre fais régulièrement appel à des organismes comme l’OPIE pour réalisés des compléments d’inventaires.
    • Les populations d’espèces invasives sont suivies, deux méthodes de lutte à faible impact environnemental ont été mises en œuvre sur le site pour contenir et éradiquer des spots de Renouée du Japon. Aucune espèce « nuisible » ne pose problème sur le site.
    • Des plantes à intérêt écologique ont été semées dans des prairies fleuries gérées en prairie de fauche tardive. Les espèces indigènes sont favorisées et la colonisation des adventices est acceptée.
    • Le paillage et les plantes couvre-sol limitent les opérations de désherbage. La fauche des prairies, la taille des arbustes et l’élagage des arbres respecte les périodes de nidification des oiseaux ainsi que la période de floraison et de fructification des végétaux.
    • Le bois morts est laissé sur place.
    • Un plan d’entretien du bassin va être mis en place, il est en cours de remaniement pour empêcher l’infiltration des eaux, conserver la strate arborée qui l’entoure et proposer des pratiques d’entretien vertueuses.
    • Le matériel de coupe utilisé sur le site est systématiquement nettoyé après avoir servi.
    • Des chandelles des gabions et des nichoirs ont été mis en place sur le site.
    • La quantité de déchets verts valorisé (BRF, mulching…) sur le site. Les déchets verts qui ne peuvent pas être valorisés directement sur le site sont placés dans des bennes afin de les valoriser sur d’autres sites de la ville.

    Matériaux & mobiliers / Matériels & engins

    • Un plan du parc répertorie le mobilier urbain du parc, l’entretien de ce mobilier est suivi par un prestataire.
    • Une politique d’achat vertueuse pour le mobilier, les produits d’entretien et les matériaux utilisés sur le parc a été mise en place, le mobilier en bois du site est certifié issu de forêts gérées durablement.
    • Les consommations de carburants sont suivies pour les engins et les véhicules qui interviennent sur le site, on constate une baisse générale des consommations due au remplacement progressif du matériel pour du matériel électrique.
    • Le matériel est mutualisé et en cas de rachat, l’électrique est privilégié. Pour le matériel en fin de vie, ils sont mis en réforme ou démontés en pièce détachées.
    • Une analyse des pollutions sonores a été réalisée en 2019, les machines répertoriées comme bruyantes sont remplacées petit à petit.

    Formations

    • Mis à part la thématique « Public », toutes les thématiques de formations ont été abordées. Cependant, une employée de la Mairie de Nanterre est responsable de l’accueil et l’implication du public dans les espaces verts de la ville.

    Public

    • Le suivi de l’accueil sur le site est assuré par le site de la ville via une plateforme de mise en relation entre les usagers et les employés municipaux. Une platefrome particulière a été mise en place pour permettre aux usagers de signaler d’éventuelles incivilités.
    • Le règlement est affiché mais actuellement en phase de remaniement pour homogénéiser les règlements de tous les parcs de la ville.
    • Un parcours pédagogique et un parcours ludique sont mis à disposition des usagers sur le site pour leur permette de connaitre les grands principes de la gestion écologique.
    • Un diagnostic phytosanitaire des arbres a été réalisé en 2013, il sera bientôt remis à jour.
    • La ville propose de nombreuses sorties nature pour permettre la découverte du parc. Le collège à côté organise des activités sportives (courses d’orientation) dans le parc.

    Localisation

    rue des Chenevreux
    92000 Nanterre
    France

    Galerie photos

    photos

Sites du même gestionnaire