• Longtemps propriété privée isolée et impénétrable, les 17 hectares quasi sauvages du parc du Cypressat sont désormais un nouvel espace à arpenter depuis son ouverture au public en mai 2010. 17 hectares d’une nature tranquille et propice à la détente, où faune et flore font l’objet d’une démarche de préservation et de protection. Un espace naturel d’observation et de découverte Dès l’entrée du parc, l’allée bordée de cyprès guide le visiteur vers une vaste terrasse exposée plein sud. Une élégante ombrière, associant bois, métal et plantes grimpantes offre un point de vue dégagée et une sensation d’espace. Un lieu idéal pour la contemplation, à l’écart des bruits de la ville, avec un panorama inattendu. Et un espace pensé et donc pratique pour un déjeuner sur l’herbe ou au contraire sur les installations prévues à cet effet. En contrebas, des gabions, petits murets de pierres capturées dans un filet et recouverts de bois, dessinent des lignes horizontales au fur et à mesure que l’on descend le vallon, et sont autant de haltes pour découvrir les multiples perspectives de l’horizon. Les sportifs et les curieux pourront aussi s’aventurer sur les chemins de terre annexes, passages étroits et sinueux aux ambiances végétales particulières… En empruntant le chemin 53, cheminement à flanc de coteaux -accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR) avec une pente douce à 4 % -, le promeneur apprécie la diversité des paysages, alternance d’espaces sauvages et travaillés : bosquet abritant une faune et une flore sauvage, grandes prairies, bois laissé à l’état brut, sources et fontaines, chemins creux, belvédères et terrasse panoramique avec vue imprenable sur la Garonne... La richesse de la faune et la flore Au-delà de la sérénité qui y règne, l’un des charmes particuliers du Cypressat, pourtant situé en milieu urbain, est la richesse de sa faune et de sa flore. Améliorer les conditions d’habitat des espèces Préserver et même accompagner les conditions de reproduction sont nécessaire au maintien de cette biodiversité naturelle. Rougequeues à front blanc, Chouettes hulottes, Mésanges bleues, Gobemouches gris… au total déjà 38 espèces sont répertoriées dans le parc. Pics, sittelles, mésanges Son aménagement en fait un refuge idéal pour nombre d'oiseaux nicheurs qui y trouvent les ressources alimentaires nécessaires, ainsi que l'habitat propice à leur reproduction. Milans, Cigognes blanches Par ailleurs la géographie du parc (situé sur les coteaux) caractérisée par un important dénivelé profite à la migration de quelques espèces au long cours qui utilisent les courants de pente créés sur le relief. La pose de 6 nichoirs début 2013 multiplie les chances de garder les espèces déjà fixées et d’en attirer de nouvelles. Placés entre 3 et 10m de hauteur, sur des arbres repérés comme lieux potentiels d’accueil les 6 abris de béton de bois sont en outre positionnés en fonction des habitudes des espèces. Des atouts à préserver et à faire fructifier qui ont valu au Cypressat la labellisation LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) "refuge excellence" en 2011. Sources et fontaines L’une des particularités du site est aussi d’abriter plusieurs sources d’eau. Trois sont répertoriées : certaines sont mises en valeur par un bâti, comme •La fontaine du Cypressat (en cours de rénovation) •La fontaine de la placette Saint Romain : en contrebas du foyer de vie Saint Romain. •Source du Cypressat : pour des raisons de sécurité elle reste inaccessible au public. L’ouverture au public du parc du Cypressat augmente de 42% la surface accessible du futur Parc des coteaux et s’inscrit plus globalement dans la Boucle verte, armature végétale de l’agglomération bordelaise.

    Structure du site

    -          Plan de gestion 2017 élaboré sur la base des inventaires écologiques, déterminant plusieurs unités de gestion

    -          Pas de désherbage sur le site, même manuel

    -          Etude paysagère réalisée en 2009

    -          Engagement de la commune dans une démarche d’Agenda 21

    -          Site en lien (plus ou moins continu) avec d’autres sites formant un parc très vaste, le Parc des Coteaux

    -          Pas de clôture entre le Parc du Cypressat et le parc de la maison de convalescence adjacente (dont la gestion est plus intensive)

     

    Sol

    -          Grandes caractéristiques du sol bien connues

    -          Pas de travail du sol en dehors des massifs

    -          Aucun apport de matière organique, ni de matière minérale

     

    Eau

    - Pas d’arrosage même sur les massifs arbustifs- Suivi de la consommation très précis depuis 2012, à l’échelle de la commune (baisse de plus de 30%) et à l’échelle du site- Paillage des massifs- Peu de surfaces imperméabilisées (uniquement au niveau du parking)

    Faune / Flore

    -          Plan de gestion datant de 2017 prenant en compte les espèces les plus remarquables : des actions spécifiques visent à favoriser ces espèces - Mise en œuvre débutera en 2018

    -          Inventaires complets réalisés en 2017 (entomofaune, herpétofaune, mammalofaune dont chiroptères, botanique)

    -          Mise en place de Florilèges et Propages prévue (Espèces parapluies à suivre définies dans le cadre des inventaires de 2016) – Débutera en 2019

    -          Espèces invasives connues et actions prévues pour limiter le développement du robinier et le laurier (ouverture de clairières au sein boisement)

    -          Strate herbacée décomposée en plusieurs composantes pelouses, prairies fauchées annuellement et prairies fauchées 2 à 3 fois par an

    -          Prairie fauchée tardivement avec exportation pour favoriser les orchidées et conservation de zones refuges pour la faune

    -          Elagage et coupe des arbres et des arbustes uniquement pour des raisons sécuritaire, intervenant en dehors des périodes de floraison et de fructification et de nidification de la faune

    -          Action de gestion prévue sur le bassin dans le plan d’action 2017

    -          Suivi du volume annuel de gestion des déchets verts

    -          Mesures permettant de réduire le volume de déchets verts (mulching sur les pelouses, utilisation des rémanents)

     

    Matériaux & mobiliers / Matériels & engins

    • Mise en place d’un système d’information très complet comprenant un inventaire du mobilier
    • Cahier des charges pour l’achat des équipements mentionne que les bois doivent être certifiés
    • Une grande partie des bancs du site sont en pierre, matériau durable, qui s’insère parfaitement dans le site
    • Eclairage des parkings et de l’entrée du site uniquement (candélabre éclairant le sol), utilisation d’ampoules basse consommation et de LED
    • Suivi du carburant mis en place depuis 2013, en basse de 20 %
    • Utilisation de petit matériel électrique
    • Matériel en fin de vie vendu ou utilisé comme pièces détachées
    • Utilisation des matériels et engins bruyants en dehors des périodes où le site est le plus fréquenté

    Formations

    -          Plan de formation pluriannuel basé sur des entretiens annuels avec les agents

    -          Réunions d’information / formation regroupant les jardiniers du Parc des coteaux

    -          Elue en charge de l’environnement et Directeur des services techniques rencontrés pendant l’audit

    -          Formations suivies ces 3 dernières années par les agents en charge de la gestion du site portant sur la gestion écologique, l’arrosage, la flore, la sécurité des agents

     

    Public

    -          Site internet de la ville permet de faire remonter les remarques des usagers concernant la qualité de l’accueil

    -          Règlement du site affiché à l’entrée

    -          Des panneaux installés sur le site présentant la gestion mise en place, et notamment la fauche tardive

    -          Aires de jeux régulièrement contrôlés

    -          Site propre

     

    Localisation

    1 Rue dumune
    33150 Cenon
    France

    Galerie photos

    photos

Sites du même gestionnaire