On associe souvent à l’aspect parfois plus « sauvage » des parcs la prolifération d’animaux nuisibles comme les serpents, rats ou moustiques. En réalité, la part sauvage des jardins favorise bien souvent les prédateurs de ces soi-disant nuisibles. En recréant des chaines alimentaires, la gestion écologique contribue à un équilibre naturel mieux à
même de réguler les populations que l’intervention humaine et chimique.

Sur ce sujet, retrouvez des témoignages de professionnels en vidéo.

>>> publication à venir <<<

Réalisée par le centre technique national Plante & Cité, cette vidéo fait partie d'une série de 7 vidéos, conçues pour battre en brèche les idées reçues sur la gestion écologique. Elle a reçu le soutien financier de l'Office français de la biodiversité dans le cadre du Plan Ecophyto porté par le Ministère de l'Agriculture et le Ministère de la Transition écologique et solidaire.