• site labellisé

    D'une surface totale de 26 280 m², le parc S.Desmarets est scindé en deux parties, une partie haute et une partie basse, comprenant des prairies, pelouses, massifs de vivaces, boisements, ainsi que des aires de jeux et des allées. Un bassin de 600m² environ est également situé en partie haute (actuellement vide en attente d'une requalification), et une aire de jeux en partie basse. Initialement connu sous le nom de parc du Mas de la Paillade, le parc a été acquis par la Ville en 1978 après avoir été vendu par l’actrice Sophie Desmarets. La partie basse peut être considérée comme relativement sauvage alors que la partie haute a été davantage aménagée. Actuellement, seule la pelouse présente autour du bassin est arrosée, tondue régulièrement et re-semée. La Mosson délimite la prairie et la zone boisée au nord-ouest du site et constitue un corridor écologique important.

    Structure du site

    Le parc est une ancienne propriété de l’actrice Sophie DESMARETS, ancienne habitante du quartier de La Paillade. En 1978, la Ville de Montpellier a acquis ce qui est devenu, après réhabilitation, le premier parc public du quartier de la Mosson, puis le domaine viticole de la maison des De Baroncelli. Le parc comprend une partie ornementale aux abords du bâtiment principal (maison pour tous), et un parc boisé naturel qui rejoint les bords de la Mosson. Le parc s’insère dans la continuité écologique du lit de la rivière Mosson, entre deux espaces en gestion extensive exploités également par la ville, avec au nord un sentier qui longe la ripisylve, accompagné d’une pinède, et au sud un sentier vers le Domaine Bonnier de la Mosson. Le plan de gestion est clair et bien structuré.

    Le site possède un plan de gestion avec une carte des unités de végétation. La métropole de Montpellier a travaillé avec un bureau d'étude pour l'élaboration d'une stratégie sur l'ensemble de ses espaces verts en 2019, des actions de végétalisation favorisant la Trame Verte sont mises en place ("plantons#1000arbres", "ensemble végétalisons nos quartiers, etc.) autour des sites.

    Sol

    Des analyses de sol ont été effectuées. Elles ne font pas apparaitre de carence à l’exception du Fer, voire montrent certains éléments en excès. Seules les feuilles de platanes sur la pelouse, ramassées par un prestataire, sont exportées (décomposition lente) et vont en compostage extérieur. Les autres feuilles sont laissées sur place et les déchets de taille sont broyés et réutilisés sur site.

    Une analyse des sols a été effectuée en 2015. L'apport d'engrais a été arrêté grâce à la conversion des massifs de bisannuelles en massifs de vivaces autonomes. Le paillage végétal a été renforcé dans les massifs et sur les zones piétinées. Des tests de paillage avec des feuilles de Platanes broyés ont été faits mais ils ont échoué car leur faible taux dégradation du à leur épaisseur provoque des pourrissements.

    Eau

    Le bassin présent à l’entrée du site n’est plus en fonction. Il a été vidé car il présentait trop de fuites et son comblement est prévu. Seule la fontaine sera maintenue, en circuit fermé. La pelouse adjacente au bassin est arrosée car très fréquentée en été. Les consommations sont suivies mensuellement, et la programmation de l’arrosage automatique est effectuée en fonction de l’ETP. L’arrosage a en revanche été abandonné sur les autres zones enherbées, qui sont passées en fauche tardive (juin, puis septembre et fin d’automne). En bordure de la Mosson, l’entretien est réalisé selon les prescriptions environnementales des techniciens de rivière.

    L'arrosage est limitée à deux zones en pelouse uniquement en périodes chaudes par un système automatique enterré se déclenchant la nuit pour éviter sa dégradation par le piétinement ; ainsi qu'aux nouvelles plantations pour la reprise des végétaux. Le bassin et la fontaine sont hors service depuis plusieurs années car ils sont en attente de réaménagement suite à des fuites détectées. Les massifs ne sont pas arrosés. Un fossé est présent sur le site, fauché 1 fois par an.

    Faune / Flore

    Au total, 105 espèces végétales ont été inventoriées sur le site dont la moitié sont spontanées. La zone boisée présente un nombre important d’espèces méditerranéennes comme le chêne vert, le micocoulier, le frêne, le chêne pubescent,… Les boisements de chênes verts sont accompagnés de clématites, lierres, laurier, fragon,… et constituent un refuge pour l’avifaune. Celle-ci comprend 23 espèces d’oiseaux. Les chiroptères sont également présents avec 6 espèces, de même que les mammifères. Des nichoirs ont été installés et des mésanges sont présentes dans le parc, ainsi que des écureuils. Les arbres nouvellement plantés comprennent tilleuls, frêne, chêne vert, chêne liège et chêne blanc. Plus d’une vingtaine d’espèces végétales spontanées ont été relevées dans la prairie (mauve, violette, trèfle, silène, saponaire, plantains,…). Les massifs sont renouvelés avec des plantes vivaces de terrain sec, en accord avec la politique menée sur toute la ville.

    Les massifs de bisannuelles ont été convertis en massifs de vivaces incluant des aromatiques méditerranéennes. La tonte s'effectue en mulching afin de limiter les déchets verts. Des inventaires de la flore, des oiseaux, des chauves-souris, des insectes et des gastéropodes ont été réalisés. Le paillage des massifs permet de limiter le désherbage, qui est manuel ou mécanique si nécessaire. La taille des arbres est uniquement sécuritaire (branches cassées ou mortes). La taille des arbustes est raisonnée et limitée aux branches mortes ou cassées et au dégagement des chemins et recoins (limiter le vandalisme et la fréquentation illégale). Les tailles sont réalisées en automne-hiver. La fauche tardive de la partie basse du parc est adaptée au climat méditerranéen. Elle est réalisée en juillet, lorsque la végétation est sèche, permettant de limiter les risques incendie. Elle est centrifuge dans le mesure du possible. Le broyage sur place des produits de taille permet d'obtenir le paillage utilisé sur le site et de limiter les déchets verts.

    Matériaux & mobiliers / Matériels & engins

    L’équipe possède quelques petits matériels électriques, et les tailles sont dans la mesure du possible effectuées manuellement à la cisaille. Des critères environnementaux sont définis pour le suivi des prestataires, qui en retiennent plusieurs (20/60), et utilisent également par exemple des matériels électriques. L’éclairage est géré par un service dédié. Un remplacement par des éclairages vers le bas est effectué au fur à mesure des renouvellements. Le parc est fermé la nuit donc l’éclairage est limité.

    Le matériel fait l'objet d'un révision annuelle en régie. Le renouvellement des engins et véhicules privilégie l'électrique afin de limiter les nuisances et de réduire la pollution générée par les engins thermiques. A l'échelle du service, il  existe un suivi des innovations avec certains fournisseurs avec des essais sur site pour essayer d'améliorer la performance des engins électrique.

    Formations

    Les jardiniers ont un entretien individuel tous les ans et sont sollicités sur les formations souhaitées. Des formations sont régulièrement mises en oeuvre (plantes méditerranéennes, paillage,…).

    Le service Jardins et Espaces verts communique sur le label et la gestion écologique des parcs et jardins à travers le magasine interne, des réunions et des projets transversaux avec notamment les services chargés de la voirie, des cimetières, des terrains de sport et de l'aménagement urbain. Au sein du service, différentes réunions régulières sont faites dans une démarche d'amélioration collective (réunions techniques hebdomadaires, réunions de services avec les techniciens tous les 15 jours, etc.). Le directeur adjoint de la Direction Paysage et Biodiversité de Montpellier et le responsable du Bureau d'Etudes et Paysage de la métropole étaient présents pour la réunion de préparation des audits.

    Les formations suivies depuis le dernier audit concernent principalement les thématiques de la conception et gestion écologiques des espaces verts, la faune et la flore (connaissance de la biodiversité, choix et conduite des végétaux, état sanitaire, etc.) et la sécurité du personnel.

    Public

    Les jeux sont vérifiés visuellement toutes les semaines par les jardiniers et contrôlés mensuellement. Des actions de sensibilisation sont menées à travers des visites régulières dans le cadre de Montpellier main verte. Un projet de collaboration avec Tela-Botanica est en cours. Des visites sont organisées pour les écoles. Un affichage sur les pratiques de gestion écologique est effectué à l’entrée du site. Le ramassage des déchets est quotidien compte tenu de la fréquentation du lieu. Des opérations de ramassage des déchets en bord de rivière sont menées annuellement par une association locale.

    Des panneaux informatifs et pédagogiques ont été installés sur les les grumes de bois mort et pour la fauche tardive. Des sorties, ateliers et des inventaires participatifs ont été réalisés afin de sensibiliser et d'impliquer les usagers dans la gestion écologique du site. Le patrimoine arboré est suivi régulièrement en régie par la Cellule "Arbre". Pour faire face aux problèmes d'incivilité et de propreté un prestataire externe et les agents réalisent de passages quotidien pour ramasser les déchets et changer les poubelles.

    Localisation

    avenue Heidelberg
    34000 Montpellier
    France

    Galerie photos

    photos

Sites du même gestionnaire