• Conçu en 1992, à l'occasion des premières "Floralies internationales de Bordeaux", le Parc floral s'étend sur 33 hectares au nord de Bordeaux, au bord du Lac. Avec le bois de Bordeaux qui le jouxte, créé en 1975 et auquel il a été réuni, ce sont près de 150 hectares à la disposition des promeneurs, des amateurs de nature et des sportifs de tous les âges. Espace pionnier en matière de gestion écologique à Bordeaux. La gestion écologique a conduit à modifier considérablement la conception d'origine : au parc floral n'ont été conservées que les collections botaniques (collections de rosiers, de pivoines, de magnolias, de vignes), les pelouses ont été transformées en prairies parsemées d'orchidées, les feuilles sont conservées au pied des arbres en paillage ; au bois de Bordeaux les pelouses initiales ont été transformées en sous bois spontanées et la régénération forestière est assurée par conservations des jeunes plants spontanés. Cet espace labellisé pour sa gestion écologique depuis 2009 est une zone propice à de nombreuses espèces. Il se compose de boisements, de prairies fauchées, de prairies bocagères pâturées (20 Ha), de pelouses et de grandes pièces d'eau (11 Ha au total). Sa gestion est orientée par les travaux d'un comité scientifique et technique depuis 2005, qui a produit de nombreux inventaires et a permis la réalisation de plusieurs améngaments en faveur de la biodiversité (mares, postes de chauffe, tas de foin ou de bois mort, etc...)

    Structure du site

    14 unités de gestion ont été définies sur le site. Les principes d'entretien et les objectifs de gestion de chacune sont identifiés dans un document de synthèse.

    Le site s’inscrit dans un projet de trame verte à l’échelle de la ville : connexion des sites aux berges de la Garonne via les boulevards plantés et les autres parcs et jardins (publics ou privés).

    Les actions de gestion sont cohérentes avec les exigences du label (délimitation de secteur interdit au public autour des arbres remarquables pour limiter le stress racinaire et limitation des opérations de désherbage à certaines zones seulement).

    De nombreuses démarches sont mises en œuvre pour la prise en compte de l’environnement (Politique environnementale 2013 à l'échelle de la ville, Agenda 21, PCET, Démarche ISO 14001 en cours d'élaboration).


    Sol

    Les dernières analyses du sol datent de 2009. Les sols nus sont proscrits.

    Les zones végétalisées sont paillées (toile biodégradable, mulch de bambou, paille, feuilles, copeaux), hormis le secteur dédié à la collection de pivoines où les sols sont nus pour limiter l'excès d'humidité et éviter les attaques de champignons (Botrytis et Cladosporium Paeonia).

    Les sols du Parc floral sont très pauvres en matières organiques, les analyses de terre concluent que la faible teneur n'est pas suffisante pour permettre à la vie biologique du sol de se développer correctement. Ainsi un apport de matière organique est réalisé une fois par an.

    L'enherbement des allées est accepté à certains endroits. Le désherbage est réalisé de façon manuelle et thermique (mousse waipuna).


    Eau

    Un suivi de l’évolution de la consommation d’eau a été mis en place sur l’ensemble des sites de la ville depuis 2004. Les relevés mensuels du compteur installé sur le site permettent de détecter les fuites assez rapidement. Sur le Parc Floral, les consommations ont diminué de plus de 60% entre 2004 et 2012. La majeure partie de l’eau est pompée dans les jalles (cours d’eau). L’eau de ville est utilisée dans les bâtiments (exclus du périmètre à labelliser) et dans les fontaines à boire installées sur le site.Le mode d'arrosage est adapté aux surfaces végétalisées (massifs fleuris et pelouses). Les apports sont régulés en fonction des conditions météorologiques. Le système automatisé comprend quatre programmateurs qui peuvent être mis en position semi-automatique ou automatique avec programmation.Le site comprend peu de surfaces imperméabilisées. L’infiltration naturelle des eaux est favorisée, notamment au niveau des nombreuses jalles.

    Faune / Flore

    Un inventaire de la faune a été réalisé par la SEPANSO chaque année depuis 2008 (oiseaux, reptiles et amphibiens). L’inventaire de la flore a été réalisé par la Société Linéenne 2008.

    Des méthodes de lutte contre les espèces invasives sont mises en œuvre sur le site : tonte régulière des rejets de bambous et arrachage mécanique de la Jussie (sans casser les racines). Un piégeage des ragondins est également réalisé à l’aide de cages de première catégorie et des appâts. Les tortues de Floride sont également capturées.

    Les éléments remarquables de la biodiversité sont pris en compte : préservation des secteurs à orchidées, création de mares dans les secteurs boisés (l’inventaire des amphibiens sur ces mares est en cours), maintien des zones de chablis non entretenues et interdites au public, installation de postes de chauffe pour la Cistude d'Europe.

    Les espèces spontanées sont favorisées dans les massifs arbustifs et dans le secteur boisé. Dans les massifs, les vivaces sont de plus en plus présentes.

    Pour éviter le désherbage, tous les massifs sont paillés ou plantés avec des espèces couvre-sols. Si besoin, le désherbage est exécuté manuellement.

    Les tailles des arbres et des arbustes sont raisonnées et effectuées en dehors des périodes de floraison, fructification et nidification.

    Une partie des prairies humides est fauchée fin juillet. L’autre partie est pâturée par une dizaine de vaches bordelaises (mises à disposition par le Conservatoire des races d’Aquitaine).

    Les jalles ne sont pas curées. Par contre, les phragmites présents dans les prairies humides sont fauchés en octobre ou novembre (par rotation sur 1/3 de la surface).

    Sur les vignes (constituées d’une collection de 96 cépages), un traitement préventif est réalisé avec des produits homologués en agriculture biologique (cuivre-soufre-Hp ProBORE-Stifénia après purin d’ortie, de prêles et de consoudes).

    Pour réduire les déchets verts, les tontes des pelouses ont une hauteur minimale de 9 cm. Les feuilles mortes sont rassemblées sous les arbres et le mulching est généralisé sur l’ensemble du site. Les rémanents sont broyés est utilisé comme paillage ou compostés.


    Matériaux & mobiliers / Matériels & engins

    Dans le cadre de sa politique globale, la Ville de Bordeaux a effectué un inventaire des matériels et des engins en 2011. Un suivi des consommations de carburant et d’huile pour les engins et les véhicules a également été mis en place.

    Les équipes qui gèrent les sites doivent entreprendre les travaux impliquant du matériel à moteur de préférence en matinée de 8 h à 12 h 30 h et privilégier les engins électriques. Ces recommandations sont respectées sur le Parc Floral où les véhicules (goupil) et les engins électriques sont privilégiés.

    En fin de vie les engins et matériels en état de fonctionnement sont revendus aux Domaines.


    Dans le cadre de sa politique globale, la Ville de Bordeaux a effectué un inventaire des matériels et des engins en 2011. Un suivi des consommations de carburant et d’huile pour les engins et les véhicules a également été mis en place.

    Les équipes qui gèrent les sites doivent entreprendre les travaux impliquant du matériel à moteur de préférence en matinée de 8 h à 12 h 30 h et privilégier les engins électriques. Ces recommandations sont respectées sur le Parc Floral où les véhicules (goupil) et les engins électriques sont privilégiés.

    En fin de vie les engins et matériels en état de fonctionnement sont revendus aux Domaines.


    Formations

    Un plan de formation assez complet (quasiment toutes les thématiques ont été abordées) a été mis en œuvre entre 2007 et 2011. Toutes les équipes ont pu bénéficier de formations. Un nouveau plan de formation est en cours.


    Public

    Un livre de doléances a été mis en place. Le détail des réponses y est mentionné. Des visites guidées sont organisées sur le site. Les agents sont également en contact direct avec les usagers lors de leurs temps de travail. Des panneaux ont été installés sur sites pour sensibiliser les usagers aux enjeux de la gestion différenciée et il y a des panneaux de communication concernant les périodes de chantier (élagage, fermeture d’une allée, etc.).

    Les arbres sont régulièrement contrôlés pour assurer la sécurité du public. Enfin, l’aire de jeux est contrôlée hebdomadairement par les agents et 4 fois par an par une entreprise externe agrée.

    Des élèves d'écoles proches du site ont participé à la plantation d’arbres. De plus, des étudiants de l’ENITA de Bordeaux font tous les ans un stage sur le site pour faire des inventaires flore et des relevés pédologiques.

    Les poubelles (permettant le tri) sont seulement installées aux entrées du site. Une signalétique est affichée sur les tables de pique-nique pour informer le public. Aucun problème de propreté n’a été relevé sur le site.


    Localisation

    Avenue de Pernon
    Allée du Bois
    33300 Bordeaux
    France

    Galerie photos

    photos

Sites du même gestionnaire