• Le parc Roissy Paris Nord 2 est un ensemble de 28 immeubles qui accueille une centaine de sociétés locataires. Cet ensemble de 155 200 m² est situé à proximité du Parc des expositions et de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle et accueille 4 500 salariés

    Structure du site

    L’ICADE s’est lancé dans de multiples démarches environnementales :

    -          Certification ISO 14 001 

    -          Convention avec la LPO (refuge LPO et présence d'un référent sur site (le gestionnaire des espaces verts).

    -          3 bâtiments sur le parc certifiés HQE (27 000 M2) et une réflexion à l’échelle du parc : La logique de gestion de l'ICADE s'attache à répondre aux exigences des certifications concernant une partie du site pour créer une dynamique de fonctionnement novateur à l'échelle du parc, voir même de diffuser sur les autres territoires fonciers de l'entreprise. Cette démarche facilite la mutualisation de la gestion qui facilite à son tour l'évolution des pratiques...

    -          Zéro phyto mis en place sur l’ensemble des parcs.

    -          Bilan carbone effectué en 2011.

    -          Mise en place d'indicateurs économiques et environnementaux par CDC biodiversité qui vont prochainement êtres sélectionnés et mis en place. (3 ou 4 dans un premier temps). La démarche d'audits flash permet aussi d'avoir des retours rapides sur des états des lieux précis et de proposer des solutions en amont, afin d'être en cohérence avec les engagements contractuels.

    La gestion différenciée est appliquée sur le site. Celle-ci est matérialisée par une cartographie réunissant différentes typologies.

    Concernant la TVB, la présence du parc du Sausset (ZoneZNIEFF, Natura 2000) à proximité ainsi qu'un espace boisé en lisière de parcelles, permet de faire bénéficier le parc ICADE de réserves de biodiversité notables. La francilienne crée malgré tout une coupure importante, pour la faune autre que avifaune. Un portail permet l’accès au renard, qui permet sûrement une régulation de quelques lapins (envahissants sur le site), mais d’autres accès pour la faune au sein du parc ne sont pour l'instant pas aménagés. L'implication du site dans la TVB, se fait plutôt autour des pratiques de gestion durable mises en place.

    Le désherbage se fait selon les observations des besoins, le gestionnaire est présent quasiment quotidiennement sur le site. Le désherbage est manuel, mais passe parfois par l’utilisation du désherbant Devatol (acide pelargonique, fiche produit dans le dossier d'audit) lorsque nécessaire (utilisation en baisse). Le parc d'activités étant un site loué par des entreprises y recevant des clients, une demande d'entretien des espaces selon des notions de « propre » impose de lourdes contraintes au gestionnaire sur ce thème.

    Pas d'objectifs paysagers à proprement parler car c'est une zone d'activité tertiaire implantée sur d'anciennes zones agricoles extensives, mais les démarches HQE comportent un volet de cohérence des bâtiments et de leur environnement avec l'existant, dans la conception et la gestion.

    L’impact des usagers est très limité, peu d'impacts car les cheminements sont bien pensés. Un seul passage de raccourci des usagers s'est créé en direction du réfectoire et cet espace a fait l’objet d’un réaménagement en circulation définie.


    • Aucun produit phytosanitaire,

    • Contrat cadre élaboré pour l’ensemble des parcs gérés par ICADE avec les exigences écologiques du label Ecojardin,

    • Note paysage faite par CDC Biodiversité,

    • Site labellisé refuge LPO et continuités écologiques favorisées avec les délaissés ferroviaires par une gestion en friche des zones contiguës,

    • Passages à petite faune dans les clôtures.

     


    Sol

    L’historique du sol est connu (anciennes terres agricoles intensives) et pose problème car c’est une terre de mauvaise qualité, limitant la reprise des plantations et donc la diversité spécifique implantée ainsi que la couverture végétale du sol.

    Le sol n’est jamais à nu, grâce à l’utilisation de paillage et couvre sol. Mais la mauvaise qualité du sol ajoutée à l’impact du houppier des arbres sur certaines zones empêchent sa végétalisation.

    Les pollutions du sol sont limitées garce à des voiries bordées de caniveaux, et le contrôle des déchets provenant des livraisons  ou stockage d'éventuels produits par les clients.

    Les apports se limitent à des engrais organiques, selon les besoins observés par le gestionnaire. Pas d'apports minéraux


    • Aucun apport, sauf compost lors de plantation et paillage organique (feuilles mortes, copeaux de bois).

     


    Eau

    L’arrosage est inexistant sur le site, à part dans les patios, où l’arrosage n’est effectué que lorsque cela est nécessaire et par goutte-à-goutte. La présence de compteurs sur les réseaux d'eau des bâtiments permettent le suivi des consommations, mais celui-ci est général et ne fait pas la différence entre l’eau du bâtiment et l’eau d’arrosage. Relevés mensuels.L’ICADE s’est fixé l’objectif de baisser la consommation d’eau de 2 à 5% d'ici 2020. (Difficulté de pousser les locataires dans ce sens). Les baux verts, dans le cadre d'HQE, permettent une maîtrise de ces charges locatives (eau) par la mise en place de préconisations pour limiter les consommations. (Combinaison entre solutions économique et écologiques).La présence d’une fontaine au milieu du bassin abritant faune et flore, crée un mouvement d'eau et donc une oxygénation, permettant ainsi le maintien de vie et de l’équilibre. L’eau du bassin est pompée dans la nappe phréatique.

    Faune / Flore

    La biodiversité est une donnée prise en compte sur ce site :

    -          Aménagements pour les amphibiens, dans une zone laissée en pousse libre en parallèle de la pièce d'eau.

    -          Gestion extensive d'une partie arborée appartenant au gestionnaire, en limite de parcelle accolée à une autre bande arborée (bois mort, troncs morts sur pieds, feuilles non ramassées, taille uniquement de ce qui dépasse sur la voirie.

    -          Installation de nichoirs dans les arbres et de nichoirs flottants (refuge LPO).

    -          Végétalisation des berges de la pièce d'eau.

    -          Bois mort, nichoirs, mares avec une frayère.

    Les inventaires faune et flore et les études de milieux et de qualité environnementale, sont réalisés par Astrance. Un suivi et des préconisations font suite à ces états des lieux.

    La présence de lapins en grand nombre pose des problèmes au niveau de la végétation. Les lapins ont un tel impact sur les pelouses, qu'on ne voit pas la différence entre les parties tondues et plus extensives. Leur régulation paraît complexe, donc le gestionnaire porte une attention particulière à observer les espèces touchées et sélectionner des espèces résistantes aux lapins.

    L’ICADE à établi une chartre d'achats responsables à destination des fournisseurs et dernièrement des fournisseurs de service. (Volonté de 100%,  80 % pour le moment). Traçabilité des achats, sur lesquels le gestionnaire applique un filtre de localité, qualité, résistance aux contraintes. Préconisations par une entreprise de qualité, labellisées AB (Jardin de Sauveterre) sur les sélections de mélanges de prairies fleuries.

    Les feuilles sont laissées dans les massifs dans  la mesure du possible et sont parfois ré étalées  sont ré étalées sur une zone plus extensive du site (partie arborée).

    Pas de traitement dans le bassin. Des analyses d'eau du bassin ont été réalisées ainsi que de l'eau de pluie. L'eau du bassin est de bonne qualité (équilibre biologique ?) mais l'eau pluviale est polluée (aéroport ?).

    Suivi des quantités de déchets verts grâce aux bons de déchetterie. Pas de plateforme de compostage sur site, qui demanderait des travaux conséquents afin d’éviter tout risque de pollution,  en raison notamment de la nappe phréatique sous le parc.


    • Diminution des populations de Lapin par autorégulation,

    • Charte achats responsable à 100%,

    • Alternance des zones fauchées (1 année sur 2) et ilots refuge pour favoriser la faune,

    • Suivi des oiseaux par le prestataire (membre LPO),

    • Espèces locales, indigènes et diversifiées.

     


    Formations

    Un plan de gestion des formations accompagné d‘entretiens individuels permet à l’équipe de gestion d’être à jour termes de connaissances de sécurité ou de terrain. Le plan de formation intègre notamment le thème des réseaux d'irrigation.

    Le gestionnaire s’implique personnellement dans une volonté d’évolution de ses connaissances. Il les enrichit notamment de manière autodidacte grâce à l’achat de livres sur la gestion différenciée ou les sols. Ces lectures lui permettent de modifier ses pratiques.

    Il est aussi membre de la LPO, possède de bonnes connaissances en termes d’inventaires des oiseaux sauvages. Il s’est impliqué à l’aide des jardiniers, dans la pose des nichoirs (diffusion du savoir). Il s’est rendu disponible pour assister au salon vert sur les nouvelles technologies

    Les salariés de l’entreprise sont formés aux CACES,  Certiphyto, brevet de secouriste…


    • Formation « Aménagement et gestion durable des jardins, des espaces verts et naturels », « Plantes invasives », « Mare et milieu humide », « Apiculture et environnement ».

     


    Public

    La satisfaction des entreprises locatrices est une donnée importante pour l’ICADE et se traduit par :

    -          La mise en place d’un service clientèle (tracabilité, délais).

    -          Un site Internet où sont présentés les projets, reporting.

    -          Une enquête clients sur les thèmes de la sécurité, de l'environnement, du développement durable viens d’être effectuée. (Un retour de 30 % des locataires sur ce questionnaire)

    Bons échanges des équipes de gestion avec les usagers.

    Lors de travaux, une communication dans les locaux, sous forme d’affiches, de plannings de travaux d'élagage, sont communiqués en amont aux clients.

    Concernant la sensibilisation à l’environnement et aux bonnes pratiques, des autocollants sont apposés dans les bâtiments (Consommations en lumière, eau, ascenseur…), un film a été projeté sur le miel, dans le cadre de la présence de ruchers sur site, des conférences sont réalisés sur le thème des déchets par l'entreprise PAPREC, des panneaux d'informations seront bientôt mis en place dans les espaces verts sur la biodiversité présente sur le site.

    Des visites des installations en place (rucher, nichoirs) sont réalisées, notamment les mares ou les ruchers. Des panneaux d’information vont êtres mis en place, mais la communication mérite d'être approfondie sur la biodiversité et les pratiques de gestion différenciée.

    Des ateliers ont été réalisés sur les opérations de récolte du miel. (Prestataire MUGO). Miel distribué aux locataires. (Une trentaine de ruchers sont présents sur l'ensemble des parcs).

    Le tri est effectué dans les bâtiments, et l'entreprise PAPREC intervient ponctuellement pour la sensibilisation au tri. Un livret d'accueil VEOLIA est distribué aux locataires lors de leur arrivée.

    Un engagement de l'ICADE projette un objectif de 70 % de recyclage et de valorisation des déchets pour 2018.


    • Animation ruche avec les locataires.

     


    Localisation

    D40
    93420 Villepinte
    France

    Galerie photos